Перевод: с французского на все языки

AITA

  • 1 adjectif

    an. ADJÈKTIFO, -îva, -e (Albanais).
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------
    1) Les adjectifs savoyards comportent la plupart du temps trois formes: le masculin (qui a souvent la même forme au singulier et au pluriel), le féminin singulier et le féminin pluriel. Ces trois formes sont indiquées de la façon suivante: brâvo, -a, -e < beau>, qu'il faut lire: brâvo ms. et mpl., brâva fs., brâve fpl. (Albanais.001, Annecy.003, Thônes.004). - Le -o et le -a finales atones sont souvent prononcées comme des e muets français (Arvillard.228, Saxel.002). Bien que certains écrivains savoyards ne mentionnent qu'une seule forme pour certains adjectifs, parce que les finales atones o et a sont souvent amuïes, nous avons quand même mentionné les trois formes pour tenir compte de la tradition. Ainsi "militaire" a été écrit militéro, -a, -e (001,002,003,004). 2) Au sujet des finales (terminaisons introduites par un tiret) nous avons appliqué les conventions suivantes pour les adjectifs, les participes présents et passés, les noms qui ont un féminin et aussi pour des séries de mots qui n'ont que la finale qui change: - Si la finale (terminaison) commence par une voyelle (le y, le h et le w étant considérés comme faisant partie de la voyelle), le tiret indique que cette finale doit être rattachée à la dernière consonne mentionnée (le y, le h et le w étant alors considérés comme faisant partie de la consonne, à condition que la finale ne commence pas par ces mêmes lettres). Ainsi golatu, -wà, -wè < troué> doit se lire golatu ms. et mpl., golatwà fs., golatwè fpl. (001) ; fini, -yà, -yè pp. gv.3 < fini> doit se lire fini ms. et mpl., finyà fs., finyè fpl. (001) ; travalyà, -à, -è pp. gv.2 < travaillé> doit se lire travalyà ms., mpl. et fs., travalyè fpl. (001). Le g reste toujours dur même quand il est suivi d'un -é, d'un -e ou d'un -i. Ainsi fatigâ, -â, -é < fatigué> doit se lire fatigâ ms., mpl. et fs., fatigué fpl. (001). - Si la finale (terminaison) commence par une consonne, le tiret indique que cette finale doit être rattachée à la dernière voyelle mentionnée (les nasales an, in, on, un étant considérés comme des voyelles ; le y, le h et le w étant considérés comme faisant partie de la voyelle, à condition que la finale ne commence pas par ces mêmes lettres). Ainsi ingrà, -ta, -e < ingrat> doit se lire ingrà ms. et mpl., ingrata fs., ingrate fpl. (001) ; promi, -re, -e < premier> doit se lire promi ms. et mpl., promire fs. et fpl. (001) ; maw, -ra, -e < mûr> doit se lire maw ms. et mpl., mawra fs., mawre fpl. (Alex) ; mweu, -ra, -e < mûr> doit se lire mweu ms. et mpl., mweura fs., mweure fpl. (Giettaz.215) (au fém. la voyelle tonique est légèrement plus longue qu'au masculin) ; blyagâ, -â, -é < blagué> doit se lire blyagâ ms., mpl. et fs., blyagué fpl. (001) ; blyan, -she, -e < blanc> doit se lire blyan ms. et mpl., blyanshe fs. et fpl. (001) ; nai, -ra, -e doit se lire nai ms. et mpl., naira fs., naire fpl. (001) ; uvê(r) (001,003,218,228c | 017,025,026,228b), -rta, -e < ouvert> doit se lire uvê (001,3,218,228c) / uvêr (017,025,026,228b) au ms. et mpl., uvêrta au fs., uvêrte au fpl.. Le e du fs. promîre est un a amuï, certains ont conservé ce a, d'autres le conteste sous prétexte qu'à certains endroits il est devenu i. COD. hésite parfois entre les deux. Les mots accompagnés des mentions " n., an., pp., ppr., av., fam. " doivent être lus comme les adj.. Psc., on écrit parfois les formes en entier. Certains adjectifs dce. peuvent rester invariables (ils ont alors la forme du ms.) quand ils sont placés devant le nom. Voir: Fin, Grand, Gros, Sel, Vrai. Quand les adj. ont quatre formes (à Macôt, par exemple), nous l'indiquons respectivement en début de paragraphe par l'expression (ms., mpl., fs., fpl.). Bien que notre graphie ne l'indique pas toujours, il faut légèrement allonger la voyelle tonique précédant les finales féminines -za, -ze, -ro, -ra, -re, -na, -ne. 3) Les finales des adjectifs savoyards sont très variées. Nous présentons ci-après les principales formes régulières: 31) -o, -a, -e (forme courante / av. issu du pp.) (001,003,004, Tignes), (prononcé respectivement -e, -a, -e à Saxel). Ainsi: brâvo, -a, -e < beau> adj., korbo, -a, -e < courbe> av. (001,002), atrapo, -a, -e <surpris, confus> av. issu du pp. (001). 32) -éro, -a, -e. Bien que beaucoup écrivent -ére dans les trois cas, nous avons quand-même maintenu l'orthographe plus traditionnelle. Ainsi: michnéro, -a, -e < missionnaire>, mortu-éro, -a, -e < mortuaire> (001). 33) -â, -â, -é (pp. des verbes du gv.1 en -â) (001,003,004) || â, -âye, -é (002, Balme- S.020, Bogève, Juvigny.008, Taninges). - E.: Participe. 34) -À, -À, -È / -eu (001,003,004 / 002,215, Annemasse, Bogève, Cordon, Magland.145, Samoëns) (pp. des verbes du gv.2 en -î / -é). - E.: Participe. 35) -ê, -ta, -e av. issu du ppr. (001.PPA.), -an, -ta, -e (002), -in, -ta, -e (001,004, Aix.017, Vaulx). Ainsi: ézitê, -ta, -e < hésitant> (001), ézitan, -ta, -e (002) ; adjwin, -ta, -e < adjoint> (001,017). 36) -î, -re / -ra, -e (001,002,003,004), -yé, -yére / -yéra, -e (228, Albertville, Chambéry.025...). Ainsi: promî, -re / -ra, -e < premier> (001), premî, -re, -e (002) ; monî, -re, -e < meunier> (001), mounî, -re, -e (002). 37) -u, -wà, -wè (adj. et certains pp. du gv.4) (001,003,004,025,228, Charvonnex, Douvaine, Sallanches, Villards-Thônes,...), -u, -wà, -weu (Cordon, Morzine.081), -u, -ouha, -ouhe (002b,008b, Samoëns.010b), -u, -ouwa, -ouwe (002a), -u, -uha, -uhe (008a, Annemasse).
    Fra. Mauvais, piètre: mal(a)tru, -wà, -wè (001,020, Nonglard | 003,004,145b, Genève), malatru, -ouha, -ouhe (010a,145a). Voir aussi: Bosselé, Bossu, Dru. 38) -ai / -ê, -aita / -êta, -e (001b,003,004 / 001a). Ainsi: ADRAI, -TA, -E < adroit> (001,003,004). 39) -in, -in-na, -e (001,002,003,004).
    Fra. MALIN, -NA, -E < malin> (001,003,004). 3a) -eû, -eûza, -e (001,002,215, Montendry.219), -aa, -aaza, -e (Montagny-Bozel), -aô, -aôza, -e (081). Ainsi: krinkèlyeû, -za, -e < sourcilleux> (219) ; korajeû (001) / korazeû (215) / korazhyeû (002), -ZA, -E < courageux>. 3b) -ò, -oza, -e || -u, -uza, -e (228), -ò, -oyza, -e || -eu, -euza, -e (001).
    Fra. Heureux: érò, -za, -e < heureux> (228).
    Fra. Connaissance, visiteur, compagnon, collègue: konyâtu, -za, -e (228).
    Fra. Peureux: pwérò / pwéreu, -oyza / -euza, -e (001). 4) À St-Martin-Porte, l'adj. masc. est indiqué par la finale -ô atone quand elle existe, le fém. par la finale -i atone après sh, zh, ch, j, gr, ly, ny, tch, dj et parfois z, et par -o (= -ò atone) dans les autres cas. Après un -zhô issu d'un -rô intervocalique, on peut trouver au fém. sing. les finales atones -zhi ou -zho (-o = -ò atone). Après une consonne, on ajoute au fs. les finales atones -i ou -o (-o = -ò atone). Au fém., si la voyelle finale fs. est atone. la finale fpl. est toujours -ê atone ; si la voyelle finale fs. est tonique -ò, la finale est -é tonique ; au pp. la finale fs. tonique - â (v. en -are) ou -ò (v. en -yare) devient -é tonique. Au masc., si la voyelle finale ms. est atone ou inexistante, pas de changement au pl. ; si la voyelle finale ms. est la voyelle tonique -ò, la finale pl. est -é tonique ; toutes les autres voyelles finales ms., ne changent pas au pl., que ce soient les adj. en -à, -i ou -u ou les pp. -â (v. -are) ou -i (v. en -ire).
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Dictionnaire Français-Savoyard > adjectif

  • 2 bénit

    adj. bèni, -ita / -aita, -e (Albanais.001d, Cordon.083, Sallenôves.077, Saxel.002 / 001c, Balme-Si.020, Chambéry.025, Giettaz, Thônes.004, Villards-Thônes), bni, bnaita, -e (001b, Arvillard.228), bènai, -ta, -e (001a.BEA.) || bènèyt, bènêyto, -ê (St-Martin-Porte), D. Benoît. - E.: Vache.
    Fra. L'eau bénite: l'éga bénit bènita (001c) / b(è)naita (001b,228 | 001a,004,025) / bénéta (St-Jean-Arvey), l'édya / l'édza bénit bènita (002 / 083).
    Fra. Le pain bénit: l'pan bèni (001,004,020,077).

    Dictionnaire Français-Savoyard > bénit

  • 3 étrangloir

    nm. ÉTRANGLYA-SHÀ < étrangle-chat> (Albanais). - E.: Noeud. ÊTRE v. ; être fait ; appartenir (à): ére (Lanslevillard 286), ÉTRE (Aillon-Vieux 273, Aix 017, Albanais 001, Alex 019, Annecy 003, Arbusigny 162, Arvillard 228, Balme-Sillingy 020, Bellecombe-Bauges 153, Bellevaux 136, Billième 173, Bogève 217, Chambéry 025, Chapelle-St-Maurice 009, Cohennoz 213, Compôte-Bauges 271, Cordon 083, Doucy-Bauges 114, Giettaz 215, Hauteville-Savoie 236, Leschaux 006, Magland, Megève 201, Montendry 219, Morzine 081, Notre-Dame-Bellecombe 214, Reyvroz 218, St-Alban-Hurtières 261, St-Nicolas-Chapelle 125, St-Pierre- Albigny 060, Sallanches 049, Saxel 002, Sciez 133, Sevrier 023, Thoiry 225, Table 290, Thônes 004, Thonon 036, Vaulx 082, Villards-Thônes 028, Viviers-Lac 226), éshrè (Montagny-Bozel 026b, Montricher), êshre (Bessans), ésre (Ste-Foy 016), éhhre (Lanslevillard 286), érhhe (026a), iri (Peisey 187), yêre (Aussois 287), C.1 (à Tignes) tccv. être. - E.: Ça, Faire.
    A1) être toujours (+ ppr.): réstâ redèvan <rester redevant = redevoir, être // rester étrangloir redevable> (002).
    A2) être là à (+ inf.): étre tyè à (+ inf.).
    Fra. Il est là à crier comme qq. de perdu: al è tyè à bélâ // é béle tyè étrangloir m'on pardu (001)
    A3) être allé: avai étâ < avoir été> (001).
    A4) être étrangloir trompé // berné // attrapé // surpris: étre avu < être eu> (001). - E.: Avoir.
    B1) expr., n'est-ce pas (vrai): pâ vré < pas vrai> (001) ? - E.: Est-ce-que.
    Fra. Tu viens, n'est-ce pas: t'vin, pâ (001) ?
    B2) n'est-ce pas encore assez folâtrer: n'y è tou ponkeu preû feulatâ (St-Jean- Arvey 224) ?
    B3) est-ce / c'est-il étrangloir...: é tou... (001, 228) ?
    B4) il est arrivé... (vimp. nt.): iy at arevâ... (St-Martin-Porte 203).
    B5) c'est moi: si dzeu (026), R. / it. sono io ; y è mai (001).
    B6) c'est toi qui as...: t'é tweu k't'â... (026) ; y è tai k' t'â... (001).
    B7) c'est, c'était => Ça.
    --C.1-------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Ind. prés.: (je) SÉ (001, 003, 004, 028, 081b, 136, 218, Chable 232), sè (081a, 083), seû (286), si (017, 025, 026, 060, 153, 187, 215, 228, 235, 236, 271, 273, 290, Albertville 021, Déserts, Houches 235, Jarrier, Leschaux 006, Macôt-Plagne 189), su (287). - (tu) É (001, 002, 003, 004, 017, 026, 028, 081, 136, 173, 203, 218, 219, 224, 228, 271, 286, 287, Côte-Aime 188, St-Martin-Porte 203). - (il) È dc./fgm. (001b, 002, 003, 004, 006, 017, 020, 021, 025, 026, 036, 049, 081 JCH, 083, 114b, 133, 136b, 153c, 162, 173b, 188, 189, 214d, 215bB, 217, 218, 224, 225, 226, 228, 232, 236, 290d, Aillon-Jeune 234, Alex 019, Chamonix 044, Combe- Sillingy 018, Conflans, Demi-Quartier, Grand-Bornand 113, Macôt-Plagne 189, Magland 145, Marthod 078, Mésigny, Praz-Arly 216, St-Jean-Arvey 224, St-Paul- Chablais 079, Ste-Reine 272, Samoëns 010, Taninges), é (060, 136a, 153b, 189 dce., 215aA, 235, 261, 271b, Tignes), i (187) || èt dv. (001a, 114a, 153a, 173a, 214b, 271a, 290b), é(t) dc. (dv.) (125, 203, 214a, 286, 290a). Voir notes plus bas. - (nous) san (010, 213), séne (189), SIN (001, 004, 017, 025, 026, 044, 083, 203, 215, 216, 218, 224, 235, 290), sinh(-nô) (après de), inh (après d') (286), son (173). - (vous) éte (001b, 003, 004, 017, 021, 060, 081 JCH, 113, 228, Juvigny 008, Megève), ête (028), ITE (001a PPA), sé (286). - (ils) san(t) dc. (dv. pno.) (002, 004, 008, 010, 028, 044, 078, 081b, 083, 113, 125, 136, 201, 214b, 215, 216, 218, 228b, 235, 290b), SON(T) dc. (dv. pno.) (001, 003, 005, 017, 020, 023, 026, 060, 114, 153, 173, 187, 189, 203, 217, 219, 225, 228a, 234, 261, 271, 272, 290a, Attignat-Oncin 253, Moûtiers, St-Jean-Maurienne), sin (214a), sou-nh (286). - N. dce. issè s'é to byi-n passâ < ça s'est tout bien passé> (189). - Ind. imp.: (je) éteu (028), étin (253), étou (004, 025, 153, 173, 224, 271), étseu (201), étyaw (019), étyou (021b, 215), intâvo (216), itchou (114), itou (001b), itseu (083), tou (001a, 003) || érô (286), érou (021a, 026), irai (081), irô (235). - (tu) itâ (001), étâ (290), étyâ (021, 078, 228), ètyâ (002), itsâ (083) || érâ (021, 026), ir (136), irâ (218), irai (081). - (il) (é)tai (001, 004a, 006, 017, 019, 021c, 025, 060, 079, 114, 125, 145, 153b, 198, 201, 214, 215b, 217, 219, 224b, 226, 228, 236, 273, Gets 227, Larringes, Lugrin), ètai (002, 004b, 010, 028), été (083, 224a, 271b), tai (060, 173), étê apc., tê apv. (234, 271a), étin (253), étyâ (078), étyai (261, 290b, Bourget-Huile 289), étyé (225), étyéve (290a), ézhê (203), intâve (216), itsai, sai, itsé (083), tai apv. (153a, 173, 215a) || ére (Aussois), érè (026), érê (021b), ère (136c), ire (081b, 136b), ireu (136a), irai (81a JCH, 218), irè (235b), (y)ivè (187b, Tignes 141), (y)ivèt dv. (187a), yére (287), (z-)yéreu (235a), (y)éve (021a VAU | 188), ai dc. après ty < qu'> / yai e2c. / ait dv. après y <c'> (189). - E.: Ça, Liaison. - (nous) éran (026), é-on (Jarrier 262), éron (021b), étyan (214, 215), étyévon (219), étyin (224), étyon (021a), itô (001 BEA FON), itsan (083), yon (189) || neuz ton < nous étions> (173). - (vous) itâ (001), étyâ (021b), ètyâ (002), érâ (021a), irâ (218), itsâ (083), étsâve (201). - (ils) é-on (262), éran (026), èran (136b), éro (286), éron (021c), étan (228), étavon (Drumettaz), étô (153b), éton (017, 224, 226, 271, 273), étsan (201), étyan (125, 214, 215, 227, 261, 290), ètyan (002), étyévon (025, 219), étyon (021b, 060, 289), èzhon (203), iran (136a), iran (081, 218), itsan (083), on dc. / ône dv./dc. (189), sayon (021a VAU), tchon (114), tô apv. (001, 153a), ton (018, 082, 173, 234, 273), tyan (215), yan (187), yévon / yévan (188), yivan (187). - E.: Ça, Liaison. - Ind. ps.: (tu) fote (001 BEA) ; (il) feu (002), fi (224), fo (001 BEA), fu (017, 025). - Ind. fut.: (je) SaRAI (001b dce. | 001a, 017, 021, 026, 228) ; (tu) SaRÉ (001b dce. | 001a, 017, 021, 060, 215, 228) ; (il) SaRÀ (001b dce., 083b | 001a, 003, 004, 009, 010, 017, 021, 083a, 125, 133, 173, 201, 213, 215, 218, 228, 271, Clermont, Cruseilles), sèrà (289, 290), é pé (286) ; (nous) SARIN (001, 017, 026, 218) ; (vous) SaRÎ (001b dce. | 001a, 028, Sallanches), saré (017, 021), sé pé (286) ; (ils) SaRON (001b dce. | 001a, 017, 025, 026, 219, 224, 271), saran (214, 228), sarê (173), sarin (044), sèron (290), sou-n pé (286). - Pc.: (je) é étâ (001, 003, 004, 215), é aitâ (021), sé zu (010) ; â étâ (001, 215), é zu (010). - Pqp.: (je) avou étâ (001), a(v)you aitâ (021). - Futa.: (je) arai étrangloir étâ (001) / aitâ (021). - Cond. prés.: (je) SARI (001, 003a, 004, 017, 021, 026, 136, 218), sarou (003b, 082) ; (tu) sarâ (001, 003, 017, 021, 026) ; (il) sahi (189), sar (201), sare (021, 026, 078, 228, Sallanches), sarè (001, 004, 017, Verrens-Arvey), sareu (025, 114, 173), sart dv. (187), sèrai (290) ; (nous) sarô (001), saryon (021) ; (vous) sar(y)â (001, 017 | 021) ; (ils) saran (026, 201), sar(e)ran (228), sarô (001), saryan (214), sar(y)on (017, 271 | 021). - Cond. passé 1ère forme: (je) ari étrangloir étâ / aitâ (001 / 021) ; (tu) arâ étrangloir étâ / aitâ (001 / 021) ; (il) arè étâ (001) ; (nous) arô étâ (001) ; (vous) arâ étâ (001) ; (ils) arô étâ (001). - Cond. passé 2e forme: (je) issou étâ (001), (tu) issâ étâ, (il) isse étâ, (vous) issâ étâ, (ils) issô étâ (001). - Subj. prés.: (que je) sayo, sayézo, sèyézo (001d PPA), sasso (001c BEA), sosso (001b AMA COD), sôsso (001a COD), sayou (232), chucho (228) ; (que tu) saye, sayéze, sèyéze, sasse (001), chuche (228) ; (qu'il) saye (001c, 017, 021, 025b, 273), sayéze, sèyéze, sasse, sosse, sôsse (001b), chôsse (025a), susse (026), chuche (228), sai (001a, 125, 215, 218), séche (081), sèye (201), sêysse (Aussois 287) ; (que nous) sayin (001, 021) ; (que vous) saye, sayéze, sèyéze, sasse, sayî (001), sayé (021) ; (qu'ils) sayon (001c, 017, 021, 114), sayézon, sèyézon (001b), sasson (001a BEA), sôssan (002), sousson (226), sussan (026), chuchan (228).
    Fra. Que ce soit: k'susse (026). - Subj. imp.: ke d'sissou, ke t'sissâ, k'é sisse, k'no sissô, k'o sissâ, k'é sissô (001 PPA TAV) || (qu'il) fôsse (002b), fusse (001b,002a, Combe-Sillingy 018), fosse (001a BEA).
    Fra. Fût-il sur les brouillards du Rhône: fus(se)-t-é su lô broulyâ du Rouno (001 BEA, 018). - Subj. passé: k'd' étrangloir ayo / èyézo étrangloir étâ (001). - Subj. pqp.: k'd'issou étâ (001). - Ip.: sai (001,021) ; sayin (001,017,021) ; sayî (001) / sayé (017,021) / sèhi (004). - Ppr.: étêê (001,021), étin (025), itsan (083). - Pp.: ÉTÂ (001,003,004,006,009,017,025, 125,114,153,214,215,228,235,271, 273,290, Onex) / itâ (028), -Â, -É || m., tâ apv. (173,253), â (203), aitâ (021), antâ (036), érâ, érhhâ (026b), éshâ (026a,189), (i)hhâ (187), intâ (083,201,216,217), issâ (016,141), itâ (002,081,136,218, Ste-Reine) ; zu apv. (Sallanches).
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - N.1: ind. prés. 3e p. sing.: on met è d2c. après al / âl / aal / ul... <il> et l < elle>, t ou èt dv., omis dcsl. (001,003,020,026,060,114,125,153,173,215,217,228, Quintal) ; èt dv. (010,026,145,136,217,224,228), ét (125,201,290) ; è est omis après n' (négation) dcsl (004) ; è peut être omis d2c. après al (083). - E.: Ça.
    Sav. Al è rsho < il est riche>. L'è rshè < elle est riche>. Al gran < il est grand>. L'granta < elle est grande>. Al pardu < il est perdu>. L'pardwà < elle est perdue>. Al (è)t avuglyo < il est aveugle> (001).
    Sav. Al pouro < il est pauvre> (001,002).
    Sav. Al t awidlo < il est aveugle> (002).
    Sav. Al t alâ... <il est allé...> (001,083).
    Sav. É n'pâ issè < il n'est pas ici> (004).
    Sav. Al t ichè <il est ici = il arrive // il vient> (001,003).
    Sav. On-n modâ < nous sommes partis> (001,215). - après y, on met è dc. et èt dv.. - E.: Ce.
    Sav. Y è to bon < c'est tout bon>. Y èt azhornâ < c'est ajourné> (001).
    Sav. Y è lan < c'est long> (002,083).
    Sav. Y é lui < c'est lui> (Moûtiers).
    Sav. Y è sèran < c'est triste> (010). - après é <ceci / cela / c'>, on met t dv., on l'omet dc..
    Sav. É t on-na bétye < c'est une bête>. É vyò < c'est vieux> (001). - après une voyelle atone ou après une consonne, on met è dc. et t ou èt dv., et la voyelle atone tombe dans la prononciation.
    Sav. Mon pâre è rsho < mon père est riche>. On s' étrangloir t // èt étrangloir argalâ < on s'est régalé>. Son frâre étrangloir t // èt étrangloir arvâ < son frère est arrivé> (001). - après une voyelle tonique, on met z è (001,002) dc. et t ou z èt (001) dv. (ce n'est pas une règle absolue, c'est avant tout une question d'euphonie et de clarté).
    Sav. L'kuré z è moo < le curé est mort>. L'êkrwâ étrangloir t / z èt étrangloir arvâ < le curé est arrivé> (001). - fgm. ou dans une phrase interrogative, le verbe devient tonique, on peut alors l'écrire è: yeu k'al è < où est-il> ? (001) - le verbe peut disparaître apc. et dcsl.: on étrangloir s' / s'è étrangloir byê-n amozâ < on s'est bien amusé> (001). - N.2: ind. prés. d's'on-n omo kwé (001.BEA.) = d'sé on-n omo kwé <je suis un homme étrangloir cuit // perdu>(001.PPA.). - N.3: ind. imp. d'étou (JO3.61, Crempigny) = d'itou < j'étais> ; k'étyon (LIL.) = k'tô < qui étaient>. - ind. imp. 3e p. sing. le é de étai disparaît après une voyelle ou une consonne, mais il reparaît après un y: y étai < c'était> (001,036,215).
    Sav. Al tai modâ < il était parti> (001).
    Sav. Âl tai za tyè < il était déjà là> (215).
    Sav. Mon pâre tai modâ < mon père était parti>. Y étai pâ l'momê < ce n'était pas le moment> (001).
    Sav. On-n tai kopin < nous étions copains> (001,215).
    Sav. Y étai du < c'était dur> (001,215).
    Fra. Qui était né: k'tai né (001,153) - N.4: Le pr. sujet nt. disparaît dce. au subj.: yeu k'saye < n'importe où> (001), fô k'saye dinse < il faut qu'il en soit ainsi> (025), k'sêysse < que ce soit> (287). - N.5: ellipse du sujet (COD.149b-7) ou du verbe (PPA.) ?
    Fra. C'est vrai: é vré (001,003), y è vré (001,002,003). Finalement c'est bien une ellipse du verbe et non du sujet. Voir les exemples suivants.
    Fra. Il est mort: al moo (001,003).
    Fra. C'est une chose: é t on-na chuza (001,003). - N.6: c'est moi (qui...): y è mai (kè...) (001), si dzeu (kè...) (026), su zheu (ke...) (203). - E.: Ça. - N.7: c'est toi (qui...): y è tai (kè...) (001), t'é teu (ke...) (203). - N.8: Est-ce moi ?: y è tou mai (001), si-dzè dzè (026). - N.9): N'est-il pas vrai que...: (y è) tou pâ vré kè (001), n'étai pâ vré ke (079).
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------
    ÊTRE nm. étre (Albanais.001, Arvillard, BEA.).

    Dictionnaire Français-Savoyard > étrangloir

См. также в других словарях:

  • Aita — est un dieu de la mythologie étrusque. Il est l équivalent de Hadès dans la mythologie grecque et de Pluton dans la mythologie romaine. Sommaire 1 Présentation 1.1 Articles connexes 1.2 Bibliographie …   Wikipédia en Français

  • aita — • aita, este, kaide, puomi, sulku • kaide, aita, este, puomi, sulku sport • aita, este, kaide, puomi, sulku …   Suomi sanakirja synonyymejä

  • Aita — ist ein dämonischer Gott der Unterwelt aus der Mythologie der Etrusker. Angeblich hält er in seinem Reich Gericht über die Toten und lässt keine Seele mehr aus seinem finsteren Reich entkommen. Er kann in etwa mit Pluton oder Hades verglichen… …   Deutsch Wikipedia

  • aita- — *aita , *aitaz germ.?, stark. Maskulinum (a): nhd. Geschwür, Schwellung, Gift; ne. boil (Neutrum), poison (Neutrum); Rekontruktionsbasis: ahd.; Hinweis: s. *aitra ; Etymologie: idg …   Germanisches Wörterbuch

  • AITA — Association internationale du transport aérien Association internationale du transport aérien International Air Transport Association Création Avril 1945 à La Havane Siège …   Wikipédia en Français

  • aita — a·ì·ta s.f. LE aiuto: porgeranno aita (Manzoni); come inter.: indi, i gemiti alzando: A., aita | parea dicesse (Parini) {{line}} {{/line}} ETIMO: in. XIII sec.; der. di aitare …   Dizionario italiano

  • Aita — En la mitología etrusca, Aita era el nombre que recibía el inframundo, y su correspondiente deidad antropomorfa, correspondiéndose con el dios griego Hades, y el romano Plutón. Era representado por los etruscos como un hombre con barba, que… …   Wikipedia Español

  • AITA —    The male divinity (equivalent to the Greek Hades and Roman Pluto) presiding over the afterlife, often accompanied by a female counterpart, Phersipnai, and enthroned. These names are recorded in later tombs such as the Tombs of the Orco II… …   Historical Dictionary of the Etruscans

  • aita — {{hw}}{{aita}}{{/hw}}s. f. (poet.) Aiuto …   Enciclopedia di italiano

  • aita — pl.f. aite …   Dizionario dei sinonimi e contrari

  • aita — s. f. (poet.) aiuto …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

Книги

Другие книги по запросу «AITA» >>


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»